Les 9 bases de l'arrosage

Toute l'année, vous avez chouchouté vos plantes pour leur permettre de supporter les saisons : après l'hiver rigoureux et la fraîcheur du printemps, il leur faut à présent affronter l'été ! Les chaleurs arrivent et vous devez désormais apprendre à les désaltérer, sans les noyer…

« La terre, c'est du gâteau ! »

« La terre, c'est du gâteau ! »
© Thinkstock

Pour déterminer les besoins en eau de vos plantes, procédez comme un cuisinier ! Pour savoir si son gâteau est cuit : il plante un couteau dedans.

  • Plantez un bâton dans le sol.
  • Si celui-ci est sec, vous pouvez arroser.
  • Si quelques morceaux de terre sont collés au bâton, l'arrosage n'est pas encore nécessaire.

Bon à savoir : il existe également des sondes thermo-hygrométriques. Pour une centaine d'euros, vous pourrez savoir précisément le taux d'humidité et la température de la terre !

« N'en perdez pas une goutte ! »

« N'en perdez pas une goutte ! »
© Thinkstock

Récupérer l'eau de pluie s'avère une véritable aubaine au jardin :

  • Une simple cuve de 200 à 1 000 L rend les végétaux autonomes toute l'année. Elle pourra servir l'arrosage de certaines plates-bandes, mais ne sera toutefois pas suffisante pour une pelouse.
  • Cette cuve a un prix abordable (dès 40 €) et vous rendra toutefois bien des services lors des restrictions !

Bon à savoir : les récupérateurs d'eau sont munis d'un robinet et sont parfois vendus en kit avec un raccord pour les gouttières.

« Un beau jardin appartient à ceux qui se lèvent tôt »

« Un beau jardin appartient à ceux qui se lèvent tôt »
© Thinkstock

L'arrosage des plantes est réservé aux lève-tôt ! Le moment idéal pour arroser reste le lever du soleil.

  • Si vous arrosez le soir, vous favorisez l'apparition de maladies.
  • Si vous arrosez en plein soleil, les rayons brûlent les feuilles et l'eau s'évapore plus facilement.
Lire l'article

« Son jardin, ses plantes, son arrosage »

« Son jardin, ses plantes, son arrosage »
© Thinkstock

Si votre jardin ne dépasse pas 300 m², il devient inutile d'investir dans un système d'arrosage automatique. Vous aurez besoin d'un arrosoir pour les petites jardinières et d'un simple tuyau d'arrosage pour les surfaces plus importantes.

  • Chaque plante reçoit exactement la quantité d'eau nécessaire à sa croissance.
  • Aucun gaspillage !
Consulter la fiche pratique

« Plus d'eau, moins souvent ! »

« Plus d'eau, moins souvent ! »
© Thinkstock

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! » Cette devise se prête particulièrement à votre jardin.

Celui-ci a besoin d'eau, certes, mais il n'est pas nécessaire de l'arroser quotidiennement, même en cas de fortes chaleurs.

Si vous arrosez matin et soir, un effet pervers se produit :

  • Vous donnez aux plantes une petite quantité d'eau.
  • L'eau s'évapore aussitôt.
  • Les plantes deviennent « accros » à leur dose d'eau quotidienne.
  • Leurs racines se fragilisent.

Le bon geste : arroser abondamment une fois par semaine seulement. C'est un peu comme s'il avait beaucoup plu !

« Un arrosage au compte-gouttes »

« Un arrosage au compte-gouttes »
© Thinkstock

Pour les surfaces importantes, vous pouvez vous permettre d'arroser sans effort autre que celui d'ouvrir et de fermer une vanne, tout en calculant et programmant précisément la quantité d'eau délivrée.

Il existe plusieurs systèmes :

  • Le plus simple : l'arrosage placé en position clef dans le jardin, il disperse de l'eau sous pression déclenchée manuellement. C'est la tuyère.
  • La méthode douce : la micro aspersion asperge de l'eau sans pression.
  • La méthode minutieuse : le tuyau poreux arrose en goutte-à-goutte.

Bon à savoir : pour choisir un arrosage automatique pendant vos vacances, couplez votre système d'arrosage avec un programmateur.

Lire l'article

« Canicule = sauvez les plus fragiles »

« Canicule = sauvez les plus fragiles »
© Thinkstock

L'été, la chaleur se fait plus forte et la pénurie d'eau se fait sentir. Si votre département connaît une période de sécheresse, l'arrosage sera réglementé, voire interdit.

  • Pas d'inquiétude pour la pelouse : laissez-la pousser davantage plutôt que de l'arroser un peu tous les jours. Ses racines deviendront résistantes et elle s’épanouira plus tard.
  • Donnez en revanche un peu d'eau aux plantes les plus fragiles (une tasse quotidienne).
Lire l'article

« Exploiter la nappe phréatique »

« Exploiter la nappe phréatique »
© Thinkstock

Sous vos pieds, des réserves d'eau inexploitées. Profitez-en ! Il suffit de creuser et de construire un puits pour réaliser de belles économies.

Attention : pour réaliser un forage dans son jardin, il convient de demander les autorisations nécessaires et de respecter la réglementation.

La construction d'un puits coûte entre 300 et 600 € selon la profondeur de l'eau.

« Choisir les bons outils »

« Choisir les bons outils »
© Thinkstock

Le jardinier a besoin des bons outils pour réaliser son office.

Pour arroser, il est nécessaire d'investir dans :

  • Un arrosoir : 5 €/L.
  • Un tuyau d'arrosage : 15 €/20 m.
  • Différents pistolets d'arrosage : 5 €/pièce.
  • Un kit d'arrosage automatique : goutte-à-goutte, micro-aspersion, arrosage par aspersion, etc. : 35 €/kit.

Pages Jaunes vous en dit plus

Le guide de l'arrosage sera votre livre de chevet pour l'été !

Recyclez l'eau de cuisson !

Non salée, l'eau de cuisson s'avère très bonne pour vos plantes. Si, au lieu de jeter l'eau, vous l'offrez à vos plantes, vous réalisez l'économie de l'arrosage quotidien tout en ajoutant un traitement naturel et efficace.

  • L'eau de cuisson des pommes de terre (amidon), du riz ou des pâtes : excellent désherbant.
  • L'eau de cuisson des légumes : sels minéraux.
  • L'eau de cuisson des œufs : engrais organique pour la croissance des végétaux.

Nos conseils de lecture pour un jardin réussi :

Ces pros peuvent vous aider